Le trajet en taxi est un temps mort dans une récit plein de péripéties, de rebondissements de toutes sortes, de bifurcations, de trajectoires multiples, d’incidents, de coups de théâtre, de péripéties, de surprises, d’égarements, de dérèglements, d’errances, de divagations… bref d’aventures étranges, rocambolesques et capricieuses. Il est donc normalement inutile d’en parler et, dans toute bonne série qui se respecte, il y aurait là une de ses inévitables ellipses de temps qui servent à faire croire que la vie est plus dense que ce qu’elle est (ou à dissimuler, plus souvent qu’on ne le croie des erreurs de script, mais ça c’est une autre chose).

L’auteur ayant à cœur de ne pas jouer avec le sérieux de ses lecteurs qui sont en droit d’attendre de lui qu’il respecte la vérité et donc les règles élémentaires de la vraisemblance, se refuse — de temps en temps — à se laisser aller à ces facilités car il respecte totalement l’egrégore qui constitue le groupe de ses lecteurs. Rien n’étant inutile dans une histoire, surtout lorsqu’elle se construit autour d’une ou plusieurs énigmes que le lecteur ne peut appréhender que par les multiples indices semées discrètement — plus ou moins — ici et là, l’auteur va consacrer ce temps relativement mort à faire un portrait astrologique aussi complet que possible du logogriphe que constitue le personnage Gilbert de Clérences.

Gilbert de Clérences, de son vrai nom Zhu Shang, est né le 25 janvier 1966 à 0 heure pile, donc dans l’année du Cheval, sous le signe du Feu: «Zhu Shang est né sous le double signe de l'élégance et de la fougue. Sa personnalité attachante et son charme lui assurent une grande popularité. Étant lui-même fort sociable, il adore les soirées entre amis, les réceptions et autres activités mondaines qui lui donnent l'occasion de fréquenter ses semblables. Où qu'il soit, il n'est pas rare que Zhu Shang soit le boute-en-train de l'assemblée. Doté d'excellentes qualités de leadership, il se fait également apprécier par son honnêteté et ses manières franches. Cet orateur éloquent, versé dans l'art de la persuasion, n'aime rien de mieux qu'un bon débat. Son esprit vif et agile, de surcroît, lui permet d'assimiler les choses en un temps record. Zhu Shang, cependant, est aussi un être au caractère irascible et, bien que ses emportements soient passagers, il lui arrive de regretter ses propos. Ses centres d'intérêt sont multiples, tout comme les activités auxquelles il prend part. D'ailleurs, il ne sait parfois plus où donner de la tête tant elles sont nombreuses, et peut gaspiller ses énergies sur des projets qu'il n'a jamais le temps de compléter. Il a également tendance à être versatile, aussi ses objets de fascination sont-ils quelquefois de courte durée, se succédant au gré des modes. Une marge de liberté et d'indépendance lui est nécessaire. À vrai dire, il se trouve fort mal disposé à l'égard des règles et directives qu'on pourrait tenter de lui faire suivre; il préfère de loin n'avoir de comptes à rendre à personne. Malgré son côté rebelle, il aime se sentir entouré, encouragé et soutenu dans ses entreprises. Grâce à ses nombreux talents et à son caractère avenant, Zhu Shang peut aller loin dans la vie. C'est un amateur de défis, un travailleur méthodique et infatigable. Néanmoins, s'il s'avère que les événements jouent contre lui et que certains projets échouent, il lui faudra du temps pour se remettre d'aplomb et entamer un nouveau départ. Il ne vit que pour réussir; à ses yeux, échouer est un terrible camouflet.»