26 novembre 2006

Évelyne rêve de baiser Théo

Son corps palpite... Elle lui mord les lèvres jusqu’au sang, ferme les yeux pour mieux le sentir, le pétrit en haut des cuisses. Théo mord son ventre, la pine glisse entre ses jambes; Évelyne aspire l’adolescent en elle. Elle sent l’adolescent qui la remplit profondément - éprouve la montée de son désir à celle de l'humidité entre ses cuisses: poitrine et seins ruisselants - Évelyne s'abandonne complètement à la bouche de son amant. Elle respire profondément l'odeur chaude, végétale, du sexe du jeune garçon. Le désir la laisse avec un... [Lire la suite]
Posté par hodges à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juillet 2007

Jouissances

Leur hésitation n’aura pas duré très longtemps, les tergiversations vertueuses d’Évelyne n’ont pas pu résister au léger duvet blond du visage rosissant de Théo, à son odeur d’amande amère, à la goutte de sueur qui perle sur sa tempe, elle s’est approchée de lui et, dès que leurs cuisses se sont touchées, dès que Théo a osé un attouchement timide de sa main, Évelyne a craqué, elle a d’abord mis sa main droite sur la cuisse gauche de Théo, l’a regardé dans les yeux. Théo n’a pas voulu affronter ce regard, il a fermé les yeux mais s’est... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 juillet 2008

Rango pédale encore…

Toute contrariété installe Rango sur son vélo or sa nuit d’insomnie, suite à sa dispute avec Albertine, ne lui a pas laissé d’autre solution que de se lancer dans une course sur les routes du Gâtinais. Il est parti à l’aube, pédale comme un fou depuis déjà trois heures ; le contenu de son bidon est épuisé. Il va lui falloir prendre une décision : s’arrêter quelque part pour se reposer ou rentrer par le chemin le plus court. Il n’a pas envie de rentrer… Il est, à la fois, furieux contre lui-même et contre sa femme. Il ne supporte pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 décembre 2008

Arthur Cottard et Léna Matoute profitent du départ des parents d’Arthur pour l’hôpital

Léna Matoute tire sa réalité du pénis de son amant; "Nunca he venido tan fuerte..." Léna a les seins qui tombent, l'amour est comme une danse, un homme au corps lourd. "Nunca he venido tan fuerte..." Léna Matoute fait l'amour - son sexe est plein de celui de l'homme. Mademoiselle Matoute soupire, maintenant elle peut vaincre: sa chatte est rouge sous la langue de son amant... Elle s'abandonne dans un râle. Poitrine et seins ruisselants... Arthur Cottard soupèse ses seins, Léna le chevauche longuement; son corps est... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 février 2011

Théo Cottard sort à son tour de la partie

Évelyne, dans le couloir, a tout entendu du récit de Théo Cottard à son père. Elle comprend qu’il s’est fait manipuler, se dit qu’elle n’a pas besoin d’en savoir davantage. Elle est aussi soulagée que l’adolescent n’ait pas parlé d’elle à son père, et ce soulagement lui fait comprendre qu’elle n’est pas vraiment fière de cette petite aventure qui les a pour un temps lié, qu’elle porte au fond d’elle-même le sentiment d’avoir abusé de sa persuasion et de ses expériences d’adulte pour faire découvrir à un jeune adolescent, dont,... [Lire la suite]