03 octobre 2006

Toute vie est une fiction

Marc Hodges n’avait aucune idée ni du fonctionnement d’un commissariat ni de ce qu’était réellement une enquête mais il était intimement persuadé que l’imagination pouvait supplier à tout et que la plupart des romans réalistes —ou des passages de romans qui se voulaient réalistes— ne fonctionnaient en fait que sur une qualité d’écriture qui permettait au lecteur de projeter son propre imaginaire dans celui de l’écrivain et, par suite, de penser vrai ce qui, après tout, n’était qu’une construction syntaxique. La fiction n’est qu’une... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2009

Le passager du vol AF 1784

Sans incidents. Son vol s’est déroulé sans incidents. Il n’aime pas prendre l’avion, a toujours une certaine appréhension, craint qu’il ne se passe quelque chose, ne sait quoi, mais quelque chose. Pourtant il ne se passe jamais rien. Une fois seulement l’affolement d’un passager britannique qui, entendant les frincements des verrins des volets, a fait une crise d’hystérie interdisant le décollage, obligeant le commandant à revenir à l’aéroport pour le faire débarquer alors que l’appareil était déjà en route sur la piste ... [Lire la suite]
09 août 2010

Julien Bergotte

Julien Bergotte est de permanence au commissariat de Fontainebleau. Journée calme, il ne devrait pas être beaucoup dérangé. En général, personne — ou presque — ne vient. Parfois un voisin qui vient se plaindre d’un voisin, une ou deux déclarations de pertes de papiers, les mêmes éternels ivrognes ramenés en dégrisement, un môme auquel un autre môme a piqué un gadget. Rien de bien excitant. Et ça lui convient bien, Bergotte n’est pas entré dans la police pour jouer les détectives mais parce que ça lui donnait un boulot fixe, un... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
29 mai 2011

Autre incise méditative

Personne n’ayant ni la compténce ni la capacité d’occuper la position du seul dieu possible, celui du hasard, il ne reste, au point où le narrateur en est arrivé, qu’à choisir la moins mauvaise des solutions possibles pour ce récit dans lequel il s’est imprudemment engagé.Car aucune vie ne chevauche une flèche, toute vie, au contraire est comme la feuille morte emportée au grè des vents changeants, souvent même contraires. Leurs trajectoires ne sont que des suites de bifurcations surprenantes, imprévisibles où ni le bonheur ni le... [Lire la suite]