07 décembre 2006

Menace sur la SNCF

La littérature de fiction repose sur un paradoxe: dans un récit, pour que ses lecteurs puissent le suivre, l’auteur est contraint de rapporter des choses sans intérêt — et sur ce point, le récit policier est le pire qui feint de reposer sur une logique du réel permettant (en théorie) à ses lecteurs de reconstituer une chaîne d’événements — or la littérature —comme le prouve sa forme la plus aboutie, la poésie— n’existe que dans le tremblement des mots, ces moments de signification supérieurs où ce qui est dit l’est au-delà du réel... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 mai 2007

Évelyne drague devant le lycée Sainte-Anne

Évelyne assure la sortie du lycée. Lycée très bourgeois ; parents en grosses bagnoles (Jaguar, BMW, Daimler, Mercedes…), mômes sapés comme des princes, de la marque, de la marque, de la marque… Motos, scooters, petites voitures pour certains ados. Ça discute dans tous les coins, téléphone portable à tout va, sourires, blondeurs de bon aloi… Ça pue le fric et les conventions sociales, la moralité et l’apparence comme drapeau… un flic comme elle est invisible, Évelyne n’est guère plus qu’un panneau de signalisation, elle sait qu’elle... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 octobre 2007

Théo n'a plus rien à dire

Alors rien… Rien de plus… C’est un peu court quand même dit Évelyne, tu es sûr que tu ne me caches rien ? Que veux-tu que je te cache? Je voulais brancher la commissaire sur des trucs bidons apparemment ça n’a pas marché. Tu sais pourquoi? Non… Le grain de sable, elle n’était pas là, je pensais à autre chose, j’ai oublié de lui remettre ta première lettre. Je ne l’ai retrouvée que huit jours après, je n’ai plus osé la lui donner de peur de me faire engueuler alors je l’ai ouverte. J’ai compris qu’elle annonçait un crime: je ne pouvais... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,