30 janvier 2007

Retour à la grotte d'Arnette

Besoin de documentation ? Peut-être !…Marc Hodges est dans la forêt, il marche sur le sentier vers la grotte d’Arnette. Il veut en avoir le cœur net, vérifier s’il a vu ou s’il a imaginé, si une fois encore la réalité de ses souvenirs s’est laissée, ou non, contaminer par l’irréalité de son imaginaire. Appareil photo en main, il approche de la grotte d’Arnette. Il est seul dans la forêt à cette heure matinale qui voit, vers l’orient, un soleil pâle encore colorer vaguement d’une lueur orangée la cime des arbres les plus hauts. Il aime... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2007

Analyse de l'hexagramme 63

Albertine Schwilk est dans la panade : elle ne comprend plus rien à tous ces enchaînements d’événements qui semblent partir dans tous les sens. La seule ligne qui lui semble cohérente est celle qu’elle appelle « la piste chinoise » et qui peut se résumer ainsi : à l’origine, dans la grotte d’Arnette, un cadavre de vieille femme qui s’avère être celui d’une vieille chinoise disparue du treizième arrondissement de Paris, deux autres cadavres chinois dans le Grand Canal du château de Fontainebleau, ensuite des hexagrammes tirés du Yi... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mai 2008

Albertine Schwilk revient

Un de mes (trop) rares (mais attentifs) lecteur écrit dans un commentaire à propos de je ne sais plus quelle page: «bon, ça remplit quand même une page, tout ça..."l'auteur ne se passe pas des commentaires". Si je le remercie de son attention, j’avoue ne pas comprendre (du moins pas totalement) sa remarque: une page «gagnée» pour quoi ou pour qui car je ne gagne rien à écrire ces pages, ni (les lois commerciales étant ce qu’elles sont) en termes financiers, ni (mon temps ne m’étant pas compté — du moins pas plus ni moins que... [Lire la suite]
06 février 2010

Tristan Winterhalter, un chevalier d’albâtre

Le Zabor rose manifeste de l’impatience, il martèle avec violence le sol de ses six pattes de mulassier poitevin, râle, souffle, grogne, pousse par moments son cri étrange entre soupir et gémissement mais cependant proche du barrissement d’un éléphanteau de quelques mois ; ses longs poils roses se hérissent, il tire sur sa longe, secoue ses lourdes doubles têtes aux cornes courbes de bélier, fouette l’air avec sa queue aux écailles tranchantes, fait claquer ses mâchoires armées d’une multitude de dents acérées : le chevalier... [Lire la suite]
26 juin 2010

Où l’on retrouve le colonel Morel

La nature de la réalité extérieure restant pour l’essentiel obscure au lecteur de roman cerné tout entier par le dépliage ostentatoire des univers imaginaires dans lesquels il assume de se laisser chambrer, il n’est pas ici étonnant que nous dussions retrouver quelques uns des personnages égarés dans les méandres du récit mais qui, pour autant, n’en ont pas moins poursuivi leurs aventures furtives Nous avons ainsi laissé le colonel Morel au chapitre 76 lorsque la commissaire Albertine Mollet l’appelle au sujet d’un projet... [Lire la suite]
13 septembre 2010

Révélations de Théo

Bruits dans le couloir, des gens passent, des gens parlent, des infirmiers, des infirmières. Ils essaient de contrôler leurs voix : ils sont dans un hôpital, savent qu’ils sont dans un hôpital. Jérôme Cottard se lève de son fauteuil, ferme la porte de la chambre jusque là entrebaîllée. Théo parle. Doucement. Théo parle doucement, lentement, sa voix est faible, il est fatigué. L’agent Évelyne Puget a beau tendre l’oreille, se rapprocher le plus discrètement possible de la porte, elle n’entend rien. Elle ne peut pas coller son... [Lire la suite]