26 octobre 2006

Chez Balpe

Après le corvée de l’Eden 77 —Albertine aurait plutôt pensé à une boîte de nuit qu’à une maison de retraite, mais bon… tout est possible de nos jours— la commissaire était remontée dans sa 307 Peugeot bleu-blanc-rouge, prudemment conduite sur la route ensoleillée de la forêt par le brigadier Jean-Baptiste Santeuil. Direction les maisons voisines de l’adjoint Balpe et du docteur Cottard. Une corvée. Une corvée de plus… Mais pour vivre il fallait bien faire un boulot et celui-là ou un autre! Albertine préfére être celle qui tient la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2006

Des mésanges sur un fil

Les gens font souvent des choix qui se révèlent incompréhensibles et qui ne tiennent peut-être que du hasard. Lorsqu’on est d’humeur à tomber amoureux, ou à se marier, peut importe sans doute quel est celui ou celle que l’on croise au coin de la rue. On veut trouver quelqu’un, et il y a quelqu’un, et l’on finit par se convaincre que cette personne surgie par hasard est en fait celle que l’on recherche depuis le départ. Dans la vie, on trouve exactement ce que l’on cherche, se dit souvent Marc Hodges. Et il a raison: quand on cherche... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 mars 2008

Dans la nuit

Nuit, nuit noire, épaisse, profonde. La nuit est une pâte noire coulée entre les arbres du parc. Ciel noir. Pas une étoile. Le ciel est une masse d’obscurité compacte reposant sur la cime des arbres. Silence. Seul le vent, un souffle irrégulier, léger agitant timidement les feuilles, donnant de la profondeur à l’épaisseur noire de l’espace. Temps lourd, chaud où les arbres dénoncent leur présence par une fraîcheur relative. C’est la forêt. La nuit sur la forêt. Rien ne bouge. Seul le vent. Parfois un bruit léger, incongru — feuille... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 août 2008

Albertine Mollet est fatiguée

Donc la lettre anonyme glissée au matin sous la porte du commissariat disait vrai, le cadavre est bien là, dans cet ancien bâtiment de carrière de la forêt, étendu devant la porte. Un garde forestier à en juger para sa tenue kaki. La commissaire Albertine Mollet n’y croyait pas trop, elle espérait vaguement que le message «un home a été tué dan la méson abandoné de la clanche au mercier route de Bouron-Marlote» n’était qu’une de ces blagues stupides comme en font parfois les collégiens et ce n’est que par acquit de conscience qu’elle... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 juin 2009

Où l'on retrouve le punk gothique

Marc Hodges se fait de la littérature une idée très haute. Pour lui, l’écrivain est responsable devant la société où il vit, et même au delà, devant la postérité, de ce qu’il écrit. Ses écrits doivent donc avoir une valeur unique et irremplaçable faute de quoi il est nuisible de produire du texte. Or son roman l’a entraîné sur des pistes qu’il n’avait pas prévues : « Trop de personnages notamment, je m’y perds… alors le lecteur ? Et puis quelle est l’importance pour qui que ce soit de ce que je raconte ici ? Qui en a besoin ? » Tout... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,