21 avril 2010

Nouveau point sur la situation

Rien n’est simple. Tout se complique. Le récit va à vau l’eau. L’auteur, si auteur il y a semble ne plus rien maîtriser de cet univers dont il est devenu l’otage Aussi, faire le point pour lui semble désormais indispensable. Donc, pour la seconde fois, résumé et situation des personnages (ce qui est au fond la même chose) :Pour l’essentiel la commissaire Albertine Mollet (née en 1976, 30 ans) est débordée par les petits événements qui se sont déroulés sur la commune de Fontainebleau dont elle a la charge. Il est vrai qu’elle ne ... [Lire la suite]

01 mai 2010

Jérôme écoute Théo

Théo s’éveille lentement. Théo entrouvre les yeux. Les referme. Les entrouvre à nouveau, plissant les traits de son visage comme s’il faisait un effort, parvient à les tenir ouvert quelques dixièmes de seconde, les ferme à nouveau, les ouvre. Théo est sorti du coma, dans le trouble de son regard, il devine la silhouette de son père, tourne lentement sa tête vers lui, articule péniblement « papa ». C’est une question. Son père lui prend la main, dit simplement : « Oui, c’est moi, je suis là… » Jérôme Cottard est psychanaliste.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juin 2010

Où l’on essaie de se débarrasser de quelques personnages accessoires

Personne n’étant immortel, pas plus les personnages de cette histoire que leur auteur — s’il en est vraiment un…—, il est temps, pour le respect des conventions littéraires et le confort des hypothétiques lecteurs, mortels eux aussi et qui ont bien d’autres choses à faire que lire (ou pire étudier) les élucubrations labyrinthiques d’un vieux cerveau malade, d’alléger sa trame en se débarrassant de quelques uns des personnages apparus ici ou là au fil du récit. Position juste. Mais moins facile à réaliser que ce que (sonorité... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 juillet 2010

Dilemne

Tant les événements s’entrecroisent, s’entrechoquent, s’interpénètrent, s’entremêlent, tout récit court toujours le risque de n’offrir que des réductions de la vie, de simplifier, styliser, schématiser la complexité créatrice du monde au point de la rendre indigeste. Les êtres vont, les êtres viennent. Ils sont tantôt ici, tantôt là, rencontrent un jour un tel, le lendemain un autre qui, à leur tour vont croiser X ou Y plus ou moins longuement. Chacune de ces rencontres influe, parfois de façon évidente, parfois de façon... [Lire la suite]
18 juillet 2010

Théo parle enfin

Jérôme Cottard regarde son fils, l’encourage du regard, dit: — Raconte-moi, je ne te reprocherai rien. Théo, visage blanc, cathéter dans l’artère humérale gauche, corps presque entièrement caché sous le drap, tourne lentement la tête vers son père, le regarde, déglutit: — Oui, je vais tout te dire. Il a du mal à parler, prend son temps, ferme parfois les yeux comme si sa pensée mettait du temps à se construire:— Ça a commencé… comme un jeu… un jeu… un jeu quelconque… sur Internet… Tu sais…Son père prend sa main, l’enserre dans... [Lire la suite]
16 août 2010

Rapport du colonel Morel

Le colonel a beaucoup travaillé sur le corpus de photographies pornographiques de la clef USB rouge. Il les a attentivement examinées plusieurs fois. Il sait qu’elles ne l’ont pas toujours laissé indifférent, que parfois même elle lui ont provoqué certaines excitations, mais ce n’était pas le problème et seule sa femme aurait pu se douter de quelque chose tant, certains soirs, il a fait preuve d’ardeur. Mais le colonel Morel est un homme d’ordre et de devoir. Même s’il lui en coûte, il sait s’obliger à faire la part entre le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 août 2010

Le courrier Briard : Salon du livre d’Avon, interview de Marc Hodges

«Ce week-end notre ville accueille son vingt-et-unième salon du livre dans une Maison pour Tous agrandie et rénovée par la municipalité. Cette manifestation, au cours des ans, a su attirer un public de plus en plus étendu et s’ouvrir à une grande variété de lecteurs depuis les plus jeunes jusqu’aux plus âgés. Il ne devrait pas en être autrement pour cette édition qui met à l’honneur le roman policier. Pour introduire cet événement, notre collaboratrice Armelle Bouillaguet a pu interviewer Marc Hodges, célèbre auteur de romans... [Lire la suite]
13 septembre 2010

Révélations de Théo

Bruits dans le couloir, des gens passent, des gens parlent, des infirmiers, des infirmières. Ils essaient de contrôler leurs voix : ils sont dans un hôpital, savent qu’ils sont dans un hôpital. Jérôme Cottard se lève de son fauteuil, ferme la porte de la chambre jusque là entrebaîllée. Théo parle. Doucement. Théo parle doucement, lentement, sa voix est faible, il est fatigué. L’agent Évelyne Puget a beau tendre l’oreille, se rapprocher le plus discrètement possible de la porte, elle n’entend rien. Elle ne peut pas coller son... [Lire la suite]
29 novembre 2010

Les missions de Théo

Théo parle. Flot confus de paroles. Par moments son père essaie de l’interrompre pour l’interroger, y voir un peu plus clair dans toutes ces histoires plus invraisemblables les unes que les autres. Théo s’est laissé prendre à un jeu qui, au début, l’a amusé: messages à retrouver dans des jeux de piste de plus en plus complexes, messages à transmettre sur le site web où il s’est inscrit, messages à déposer dans des boîtes aux lettres d’habitations de la région, messages à cacher dans des endroits invraisemblables — rochers de la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 février 2011

Théo Cottard sort à son tour de la partie

Évelyne, dans le couloir, a tout entendu du récit de Théo Cottard à son père. Elle comprend qu’il s’est fait manipuler, se dit qu’elle n’a pas besoin d’en savoir davantage. Elle est aussi soulagée que l’adolescent n’ait pas parlé d’elle à son père, et ce soulagement lui fait comprendre qu’elle n’est pas vraiment fière de cette petite aventure qui les a pour un temps lié, qu’elle porte au fond d’elle-même le sentiment d’avoir abusé de sa persuasion et de ses expériences d’adulte pour faire découvrir à un jeune adolescent, dont,... [Lire la suite]