07 juin 2008

Ce que Cindy Stilman (alias Becky Turner) découvre

Cindy a réussi à grimper sur l’amas de ferraille qui a dû, autrefois, lorsque la maison était encore habitée, être un engin de chantier quelconque. Elle est maintenant à la hauteur de la fenêtre à la grille rouillée d’où proviennent voix et lumière. La pièce est vaguement éclairée par une lumière jaunâtre tremblante, hésitante, vacillante, Cindy pense «bougie ou lanpe à pétrole», n’a pas de certitude, elle se dit que ce point là n’est pas très important. Elle écoute, n’entend pas très bien, ne voit pas très bien. Elle connaît... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2008

Évelyne est encore indécise

Sûre qu’à la sortie de son oreiller il était incapable de lui mentir, Evelyne a cru Théo sur parole, elle est allée sur le blog Nathalie Riches qui lui a paru bien anodin: vidéo médiocre d’un petit «spectacle» de poésie mise à la sauce Aperghisienne prise sur Dailymotion, petite vidéo sans intérêt de canards pataugeant sur une rivière quelconque déportée de Youtube, mauvaises photos dérisoires et sans intérêt (une tête non légendée de guerrier hurlant, un bord de rivière, une cheminée banale, un article de presse, une façade... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 août 2008

Un seul recours, Octavanio

Le métier de détective privé n’est pas de tout repos moral et place souvent devant des dilemmes difficiles. Témoin d’un crime, le devoir de Cindy Stilman est d’avertir la police et de dire ce qu’elle sait, ce qu’elle a vu, de témoigner sans restrictions mais, à cause de sa profession de détective, Becky Turner ne peut pas faire une action aussi simple car elle devrait expliquer ce qu’elle faisait en plein bois, en pleine nuit, comment elle a assisté à l’assassinat, ce qu’elle a entendu, dépeindre les comparses ou l’un d’eux est son... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 septembre 2008

Théo Cottard panique

Panique… Panique… Théo, affolé, court hors du bâtiment de la carrière abandonnée, sans penser à choisir un chemin, traverse l’enclos, ses jambes nues se piquent aux orties qui envahissent ce qui devait être une cour, se griffent aux ronces qui ont poussé ça et là, il ne le sent pas, il n’en a rien à faire, il coupe au plus court, va tout droit vers son vélo, l’enfourche, ignorant trous, bosses, cailloux, il pédale à toutes allures dans ce que, à la clarté lunaire, il devine être le chemin forestier : sa tête est pleine du bruit du... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 octobre 2008

Marie-Gineste et Jérôme sont réveillés en pleine nuit

Trois heures du matin. Le téléphone sonne. Jérôme Cottard se retourne dans son lit. Le téléphone insiste. Jérôme émerge, un peu, lentement, son cerveau hésite entre cauchemar et éveil. Le téléphone ne s’arrête pas. Jérôme s’éveille, prend conscience que c’est son téléphone d’urgence qui sonne. Il plisse ses yeux avec violence pour se réveiller, n’éclaire pas, redoute la violence de la lumière sur ses yeux encore endormis, cherche à tâtons le portable sur sa table de nuit, le trouve, pense : —Merde, encore une urgence, quelle heure... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2008

Rango se ressource

Rango est allé se réfugier dans un coin isolé de forêt où il se sent bien. Il a caché son vélo dans une anfractuosité rocheuse difficile à trouver, l’a attaché à un arbre, s’est enfoncé dans les taillis. Dans ce fouillis — branches entrelacées, fougères hautes, buis, roches, branches mortes, arbres abattus par les tempêtes, souches couvertes de champignon, mousse, odeur d’humus, lumière morne du jour comme avalée par la végétation donnant une uniforme tonalité grise, enfermement, écrasement de la vue — il se sent bien. Protégé, isolé... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2009

Théo ne va toujours pas bien

Trois jours que Théo Cottard est à l’hôpital. Trois jours qu’il est dans le coma. Contre toute attente, son père et sa mère se relaient à son chevet laissant à Arthur et Léna toute latitude pour poursuivre leurs découvertes érotiques. Le docteur Charlus, un très bon neurologue ami de Jérôme Cottard, s’en occupe activement. Il a établi que le score de Théo sur l’échelle de Glascow est de 8 et de 11 sur celui de Liège, qu’il y a donc espoir qu’il finisse par se réveiller. Mais quand? Sur ce point il ne veut faire aucun pronostic car cet... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 avril 2009

Interrogations

La commissaire Albertine (Mollet ou Schwilk car parfois les trajectoires des fictions se recoupent et, en l’occurrence, l’auteur lui-même se perd un peu… ou feint de le faire) n’a pas tardé à découvrir que la personne assassinée dans les ruines de la Clanche aux merciers — d’où peut venir un nom pareil — était un garde-champêtre aussi a-t-elle naturellement orienté son enquête du côté des viandards, ces braconniers habitués à vivre sur l’abattage en toute saison du gibier de la forêt, et demandé l’aide de la gendarmerie. Mais, faute... [Lire la suite]
19 avril 2009

Évelyne fait preuve d'audace

La commissaire, qui avait peut-être trop lu Arthur Conan Doyle, secoue sa tête et dit: —Le procédé n’est pas très régulier, mais tout est si irrégulier dans cette affaire!… Je crois donc pouvoir fermer les yeux là-dessus. Débrouillez-vous pour obtenir le plus de renseignements possibles et pour être présente dès que le jeune homme se réveillera. Je compte sur vous. Il faut que le coupable soit remis entre nos mains et que nous puissions l’interroger le plus vite possible. — Certainement, rien de plus facile, répond Évelyne qui veut... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 octobre 2009

Théo se réveille

Théo Cottard revient à l’existence, lentement, quelque chose se passe dans son cerveau dont il a conscience, des images, des mots qui s’enchevêtrent, s’emmêlent, des couleurs, des sons, des événements mais il est encore à la limite de l’inconscient et cette activité cérébrale reste très en deçà de la parole ou de ce qui pourrait constituer comme un souvenir, il perçoit des personnages, des visages, des images qui pourraient être des visages mais il ne saurait pas mettre de noms sur eux, ni même penser que ce sont des visages,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 03:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,