06 décembre 2006

Un couple complice

Avoir résisté aux tentations fait éprouver à Évelyne une tendresse certaine pour le petit Théo qui est là, devant elle, au café du viaduc, et sa gueule d’ange brun… Au comptoir, des habitués sûrement, des mecs quelconques parlent pêche, brochets, carpes, truites, foot et Théo dit qu’il recevait des indications par mail —jamais de la même adresse — ou par l’intermédiaire du site de Nathalie Riches —mais codées —par exemple une photo de squatt légendée «gare aux tags» devait être lue comme «voir au squatt de la gare» —fallait décrypter... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 décembre 2006

L'adolescent se rebiffe

Réunion de crise. Un coin discret de la forêt. Théo est venue avec son VTT, Théo la rejoint avec le sien. Il y a en effet urgence, l’enlèvement de Sylphide change la donne, Évelyne veut se débarrasser de ça et maintenant que la commissaire a pris les choses en main, le relais est assuré. Elle n’est cependant pas tranquille, elle détient des informations qui pourraient changer l’enquête mais ne sait comment les faire passer sans risque. Pas question non plus de mouiller Théo: elle ne peut le faire sans se mouiller elle-même. Difficile... [Lire la suite]
Posté par hodges à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 décembre 2006

Résumé de l'intrigue (pause)

Après une centaine de pages et parce que l’auteur ne pense pas que la plupart des lecteurs occasionnels auront la curiosité de tout lire — d’autant que les blogs ne sont pas faits pour ça, il est nécessaire de faire le point… Donc, résumé des actions à ce jour.Dans une petite ville de France — Fontainebleau-Avon, mais la même chose pourrait se passer ailleurs— quelqu’un (ou un groupe) attire un adolescent, Théo Cottard, dans les pièges d’un jeu sur Internet où il est entré par le blog Nathalie Riches. Manipulé, Théo porte des... [Lire la suite]
18 septembre 2007

Évelyne a les réponses à ses questions

Tout s’est merveilleusement passé. Éblouissement des sens, plaisirs partagés, reçus, donnés, prolongés, répétés : Évelyne est satisfaite d’elle-même et le relent de scrupule moral qui l’avait un peu effleurée s’est dissous dans les bouffées de chaleur de ses satisfactions physiques. Évelyne est heureuse. Évelyne a retrouvé le plaisir érotique, Évelyne ne se demande plus comment elle pourrait éviter Théo mais comment elle pourrait poursuivre leurs rapports dans la discrétion la plus générale. Elle sait que lui n’en parlera à personne.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 septembre 2007

Théo se confie à Évelyne

C’était bizarre. Sur le site, je n’ai pas vu mes commentaires mais dès que j’ai envoyé ma photo, j’ai commencé à apparaître dans leur jeu. Mon prénom, des dessins qui me ressemblaient un peu, puis mon nom entier que je ne leur avait pas donné. Je ne sais pas comment ils l’ont eu. Puis j’ai commencé à recevoir d’autres mails, venant toujours avec une adresse mail différente — personne, pessoa, nobody… Je savais bien que tous voulaient dire personne mais c’était parfois dans des langues que je ne connaissais pas. Des fois ils me... [Lire la suite]
11 juin 2008

Évelyne est encore indécise

Sûre qu’à la sortie de son oreiller il était incapable de lui mentir, Evelyne a cru Théo sur parole, elle est allée sur le blog Nathalie Riches qui lui a paru bien anodin: vidéo médiocre d’un petit «spectacle» de poésie mise à la sauce Aperghisienne prise sur Dailymotion, petite vidéo sans intérêt de canards pataugeant sur une rivière quelconque déportée de Youtube, mauvaises photos dérisoires et sans intérêt (une tête non légendée de guerrier hurlant, un bord de rivière, une cheminée banale, un article de presse, une façade... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juillet 2010

Théo parle enfin

Jérôme Cottard regarde son fils, l’encourage du regard, dit: — Raconte-moi, je ne te reprocherai rien. Théo, visage blanc, cathéter dans l’artère humérale gauche, corps presque entièrement caché sous le drap, tourne lentement la tête vers son père, le regarde, déglutit: — Oui, je vais tout te dire. Il a du mal à parler, prend son temps, ferme parfois les yeux comme si sa pensée mettait du temps à se construire:— Ça a commencé… comme un jeu… un jeu… un jeu quelconque… sur Internet… Tu sais…Son père prend sa main, l’enserre dans... [Lire la suite]