22 juin 2009

Le punk gothique surprend Rango

Le punk gothique — disons, pour faciliter le récit, qu’il s’appelle (ou se fait appeler) Jake, Jake Cline — avance dans la forêt. Il ne sait pas trop où il est mais il sait où il veut aller. Il sait aussi qu’il est impossible de se perdre dans la forêt de Fontainebleau car en avançant tout droit, on finit toujours par rencontrer une route. Il s’est donc donné une direction à peu près sud-est, essaie de ne pas trop en dévier même si, pour cela, il lui faut parfois s’enfoncer dans des massifs de fougères, contourner des taillis de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 avril 2010

Nouveau point sur la situation

Rien n’est simple. Tout se complique. Le récit va à vau l’eau. L’auteur, si auteur il y a semble ne plus rien maîtriser de cet univers dont il est devenu l’otage Aussi, faire le point pour lui semble désormais indispensable. Donc, pour la seconde fois, résumé et situation des personnages (ce qui est au fond la même chose) :Pour l’essentiel la commissaire Albertine Mollet (née en 1976, 30 ans) est débordée par les petits événements qui se sont déroulés sur la commune de Fontainebleau dont elle a la charge. Il est vrai qu’elle ne ... [Lire la suite]
22 avril 2010

Jake Cline

A 14 heures 28, le train entre en gare de Montargis. En descend le punk gothique : Geronimo Trevino (Geronimo pour la rouge crête iroquoise ; Trevino en hommage à la star de nombreuses séries TV et notamment Vampire Diaries). Il se dirige vers la place Mirabeau, demande au bar les journaux, va s’installer au soleil sur la terrasse. Vient le garçon. Geronimo commande un Perrier Menthe sans glaçons, se met à parcourir le quotidien La République puis l’hebdomadaire L’Éclaireur du Gâtinais. Ne semble pas passionné. Expose son... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 août 2010

Jake Cline et la jeune chinoise

Si un lecteur a eu le courage — et l’audace — de suivre cette histoire aussi confuse que peut l’être toute existence, s’il sait vraiment lire et s’efforce avec attention d’en défaire les multiples nœuds, il doit maintenant savoir que le personnage de punk à crête iroquoise verte que Rango cherche à Montargis, que Théo Cottard a rencontré dans un vieux bâtiment désaffecté de la forêt de Fontainebleau, que — dans sa réalité — la commissaire Albertine Mollet aimerait bien retrouver comme — dans la fiction de Marc Hodges — la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 novembre 2010

Ce que Jack Cline et la jeune chinoise disent

La fin du suspens est l’avenir du roman: Jake Cline est entré dans l’appartement de la jeune chinoise. Ils sont allés dans un salon quelconque d’un appartement quelconque: une table basse vaguement chinoise si l’on en juge par les pieds et la laque protégée par une plaque de verre, sur le mur de droite en entrant, trois kakémono portant des calligraphies et l’éternel paysage de montagnes, chinoises, dans une brume, chinoise elle-aussi, avec un arbre, chinois encore parce qu’il semble aussi peu naturel qu’un bonzaï. Mais c’est... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mai 2011

Autre incise méditative

Personne n’ayant ni la compténce ni la capacité d’occuper la position du seul dieu possible, celui du hasard, il ne reste, au point où le narrateur en est arrivé, qu’à choisir la moins mauvaise des solutions possibles pour ce récit dans lequel il s’est imprudemment engagé.Car aucune vie ne chevauche une flèche, toute vie, au contraire est comme la feuille morte emportée au grè des vents changeants, souvent même contraires. Leurs trajectoires ne sont que des suites de bifurcations surprenantes, imprévisibles où ni le bonheur ni le... [Lire la suite]
11 septembre 2011

Gilbert de Clérences fait du nettoyage

Il a monté les étages le plus discrètement possible, est arrivé devant la porte de l’appartement où Jake Cline discute avec sa famille chinoise, a vérifié sur une feuille de papier qu’il ne s’est pas trompé : c’est bien le bon étage, la bonne porte même si elle ne porte aucun nom. Il est silencieux, respire à peine, écoute. À l’intérieur, des voix : hommes, femmes… Il écoute attentivement, colle son oreille droite à la porte : pas de doute, deux hommes, deux femmes. Il ne s’attendait pas à ce qu’il y ait tant de monde.... [Lire la suite]