29 octobre 2006

Balpe et Cottard

Salon luxueux: Santeuil semble aussi à l’aise qu’un canard dans un poulailler. Albertine a refusé l’offre de Léna. Question de principe. Ils n’osent pas s’asseoir sur le cuir de fauteuils qui leur semblent autant d’objets d’art. Attente: Santeuil regarde le parc par la baie vitrée, Albertine fait du regard le tour de la pièce, s’étonne de grands tableaux très colorés, à la limite de l’abstraction… Elle n’en voudrait pas chez elle, les silhouettes de personnages noyées dans la couleur ne ressemblent à rien de précis: seules... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 novembre 2007

Le cabinet de détectives OUTIS

Quand il appela le cabinet de détective Cindy Stillman, Jérôme Cottard ignorait qu’il appelait en fait Becky Turner. En effet, pour des raisons précises mais qu’il serait trop long de développer ici car elles nous entraîneraient vers d’autres intrigues encore — or cette histoire est déjà assez compliquée, confuse, embrouillée, faite d’histoires dans des histoires ou des esquisses d’histoires — Cindy Stillman était le nom de détective que s’était choisie Becky Turner. Il aurait été certainement plus facile pour le lecteur de ne faire... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 octobre 2008

Marie-Gineste et Jérôme sont réveillés en pleine nuit

Trois heures du matin. Le téléphone sonne. Jérôme Cottard se retourne dans son lit. Le téléphone insiste. Jérôme émerge, un peu, lentement, son cerveau hésite entre cauchemar et éveil. Le téléphone ne s’arrête pas. Jérôme s’éveille, prend conscience que c’est son téléphone d’urgence qui sonne. Il plisse ses yeux avec violence pour se réveiller, n’éclaire pas, redoute la violence de la lumière sur ses yeux encore endormis, cherche à tâtons le portable sur sa table de nuit, le trouve, pense : —Merde, encore une urgence, quelle heure... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 février 2009

Théo ne va toujours pas bien

Trois jours que Théo Cottard est à l’hôpital. Trois jours qu’il est dans le coma. Contre toute attente, son père et sa mère se relaient à son chevet laissant à Arthur et Léna toute latitude pour poursuivre leurs découvertes érotiques. Le docteur Charlus, un très bon neurologue ami de Jérôme Cottard, s’en occupe activement. Il a établi que le score de Théo sur l’échelle de Glascow est de 8 et de 11 sur celui de Liège, qu’il y a donc espoir qu’il finisse par se réveiller. Mais quand? Sur ce point il ne veut faire aucun pronostic car cet... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 octobre 2009

Rango se débrouille

Difficile de faire une vingtaine de kilomètres avec des chaussures de cycliste. La professionnelle a bien proposé de rapprocher Rango de chez lui dès qu’elle aurait fini sa journée mais outre qu’il ne se voyait pas attendre quelques heures à contempler les ébats tarifiés, Rango ne tenait pas à être vu en sa compagnie. La ville est petite, tout le monde connaît tout le monde et des âmes bien intentionnées n’auraient pas tarder à faire discrètement savoir à sa femme avec qui il avait été vu. Et avec cette histoire stupide de clef... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 avril 2010

Nouveau point sur la situation

Rien n’est simple. Tout se complique. Le récit va à vau l’eau. L’auteur, si auteur il y a semble ne plus rien maîtriser de cet univers dont il est devenu l’otage Aussi, faire le point pour lui semble désormais indispensable. Donc, pour la seconde fois, résumé et situation des personnages (ce qui est au fond la même chose) :Pour l’essentiel la commissaire Albertine Mollet (née en 1976, 30 ans) est débordée par les petits événements qui se sont déroulés sur la commune de Fontainebleau dont elle a la charge. Il est vrai qu’elle ne ... [Lire la suite]

01 mai 2010

Jérôme écoute Théo

Théo s’éveille lentement. Théo entrouvre les yeux. Les referme. Les entrouvre à nouveau, plissant les traits de son visage comme s’il faisait un effort, parvient à les tenir ouvert quelques dixièmes de seconde, les ferme à nouveau, les ouvre. Théo est sorti du coma, dans le trouble de son regard, il devine la silhouette de son père, tourne lentement sa tête vers lui, articule péniblement « papa ». C’est une question. Son père lui prend la main, dit simplement : « Oui, c’est moi, je suis là… » Jérôme Cottard est psychanaliste.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juin 2010

Où l’on essaie de se débarrasser de quelques personnages accessoires

Personne n’étant immortel, pas plus les personnages de cette histoire que leur auteur — s’il en est vraiment un…—, il est temps, pour le respect des conventions littéraires et le confort des hypothétiques lecteurs, mortels eux aussi et qui ont bien d’autres choses à faire que lire (ou pire étudier) les élucubrations labyrinthiques d’un vieux cerveau malade, d’alléger sa trame en se débarrassant de quelques uns des personnages apparus ici ou là au fil du récit. Position juste. Mais moins facile à réaliser que ce que (sonorité... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juillet 2010

Théo parle enfin

Jérôme Cottard regarde son fils, l’encourage du regard, dit: — Raconte-moi, je ne te reprocherai rien. Théo, visage blanc, cathéter dans l’artère humérale gauche, corps presque entièrement caché sous le drap, tourne lentement la tête vers son père, le regarde, déglutit: — Oui, je vais tout te dire. Il a du mal à parler, prend son temps, ferme parfois les yeux comme si sa pensée mettait du temps à se construire:— Ça a commencé… comme un jeu… un jeu… un jeu quelconque… sur Internet… Tu sais…Son père prend sa main, l’enserre dans... [Lire la suite]
13 septembre 2010

Révélations de Théo

Bruits dans le couloir, des gens passent, des gens parlent, des infirmiers, des infirmières. Ils essaient de contrôler leurs voix : ils sont dans un hôpital, savent qu’ils sont dans un hôpital. Jérôme Cottard se lève de son fauteuil, ferme la porte de la chambre jusque là entrebaîllée. Théo parle. Doucement. Théo parle doucement, lentement, sa voix est faible, il est fatigué. L’agent Évelyne Puget a beau tendre l’oreille, se rapprocher le plus discrètement possible de la porte, elle n’entend rien. Elle ne peut pas coller son... [Lire la suite]