16 décembre 2006

Une fête scolaire

Il y a foule dans l’espace polyvalent de la petite commune de Champagne, des femmes de tous âges, tous gabarits —avec une prédominance de volumineuses — des hommes également, un peu moins, mais également de tous âges, toutes couleurs, tous accents et des enfants… des enfants…des enfants qui courent partout entre les travées, entrent, sortent, s’appellent, crient, chahutent un peu, vite rappelés à l’ordre cependant par les grands-frères, sœurs, papa, maman, papy, mamy dont chacun tente de garder un œil sur sa chère progéniture. Ça... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 décembre 2006

Photo de Sylphide

Réunion de crise au commissariat: Albertine a réuni son staff… Cette fois ça craint… Projetée sur un écran la photo de Sylphide: une petite fille de trois ans environ — 39 mois a précisé la mère — petit visage très fin, très lisse, très ovale couleur terre de sienne brûlée où dans les deux grands trous blancs-bleu des yeux se creusent des prunelles très noires, cheveux tirés en tresses vers l’arrière d’un crâne en forme de ballon de rugby incliné, formant de fines lignes géométriques soulignant la courbure, toutes rattachées à un... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 janvier 2007

Une autre lettre anonyme

Cottard ne s’est pas assis. Il hurle: «il faut agir… et agir vite». Albertine Mollet s’efforce de le calmer  «Calmez-vous… calmez-vous… expliquez-vous d’abord si vous voulez que nous puissions faire quelque chose…» Cottard respire profondément, ferme les yeux, les ouvre. Albertine lui montre un siège en face de son bureau: «Asseyez-vous… asseyez-vous et expliquez moi». Cottard s’assied, se replie sur lui-même prenant quelques secondes une position vaguement fœtale. Puis il se déplie, regarde la commissaire, prend dans la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 février 2007

Dialogue impossible

- Théo !…Le cri du cœur, Marie-Gineste se précipite, prend dans ses bras son fils qui est déjà plus grand qu’elle:- D’où viens-tu? Nous avons eu tellement peur, que t’est-il arrivé? D’où viens-tu? Ça va, tu te sens bien?Elle le regarde, prend un peu de recul, l’examine : il a l’air en bonne santé. Il est sale, très sale même, couvert de boue, mais il semble en bonne santé. Elle l’embrasse, l’entraîne avec elle, il est tout mou, sans résistance:- Viens, tu vas me raconter ce qui t’es arrivé, on a eu tellement peur ton père et moi… Nous... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2010

Où l’on retrouve le colonel Morel

La nature de la réalité extérieure restant pour l’essentiel obscure au lecteur de roman cerné tout entier par le dépliage ostentatoire des univers imaginaires dans lesquels il assume de se laisser chambrer, il n’est pas ici étonnant que nous dussions retrouver quelques uns des personnages égarés dans les méandres du récit mais qui, pour autant, n’en ont pas moins poursuivi leurs aventures furtives Nous avons ainsi laissé le colonel Morel au chapitre 76 lorsque la commissaire Albertine Mollet l’appelle au sujet d’un projet... [Lire la suite]
18 juillet 2010

Théo parle enfin

Jérôme Cottard regarde son fils, l’encourage du regard, dit: — Raconte-moi, je ne te reprocherai rien. Théo, visage blanc, cathéter dans l’artère humérale gauche, corps presque entièrement caché sous le drap, tourne lentement la tête vers son père, le regarde, déglutit: — Oui, je vais tout te dire. Il a du mal à parler, prend son temps, ferme parfois les yeux comme si sa pensée mettait du temps à se construire:— Ça a commencé… comme un jeu… un jeu… un jeu quelconque… sur Internet… Tu sais…Son père prend sa main, l’enserre dans... [Lire la suite]