29 janvier 2007

Théo revient

Revenue de son entreprise de cosmétique, Marie-Gineste est dans son jardin. Elle taille ses rosiers, un massif important de pieds d’origines variées qu’elle entretient avec d’autant plus de soins qu’il matérialise une des multiples traditions familiales des Cottard : à chaque occasion festive (anniversaire, Noël, fête des mères, anniversaire de mariage, anniversaire de la naissance des enfants…), les membres de la famille lui offrent un nouveau pied qu’elle plante dans cette part du jardin dont elle s’occupe personnellement et... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2008

Où apparaît Arthur Cottard

Arthur Cottard, frère aîné de Théo, traverse pour ses dix huit une crise à la fois métaphysique et mystique car il est persuadé que toute âme digne d’elle-même souhaite vivre sa vie à l’extrême, que se contenter de ce que la vie vous donne — et dans son cas il doit s’avouer qu’il n’a pas été desservi par le sort — c’est se conduire en esclave. Que demander davantage c’est se conduire en enfant. Conquérir un peu plus, c’est être fou car toute conquête finit par s’engluer dans la vanité des choses de ce monde. Il sait, sent, qu’il est... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 décembre 2008

Arthur Cottard et Léna Matoute profitent du départ des parents d’Arthur pour l’hôpital

Léna Matoute tire sa réalité du pénis de son amant; "Nunca he venido tan fuerte..." Léna a les seins qui tombent, l'amour est comme une danse, un homme au corps lourd. "Nunca he venido tan fuerte..." Léna Matoute fait l'amour - son sexe est plein de celui de l'homme. Mademoiselle Matoute soupire, maintenant elle peut vaincre: sa chatte est rouge sous la langue de son amant... Elle s'abandonne dans un râle. Poitrine et seins ruisselants... Arthur Cottard soupèse ses seins, Léna le chevauche longuement; son corps est... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 juillet 2010

Dilemne

Tant les événements s’entrecroisent, s’entrechoquent, s’interpénètrent, s’entremêlent, tout récit court toujours le risque de n’offrir que des réductions de la vie, de simplifier, styliser, schématiser la complexité créatrice du monde au point de la rendre indigeste. Les êtres vont, les êtres viennent. Ils sont tantôt ici, tantôt là, rencontrent un jour un tel, le lendemain un autre qui, à leur tour vont croiser X ou Y plus ou moins longuement. Chacune de ces rencontres influe, parfois de façon évidente, parfois de façon... [Lire la suite]