13 novembre 2006

Faire du chiffre

…du chiffre… du chiffre… il faut faire du chiffre, la Préfecture, le Ministère, tous s’y mettent. Même en coinçant les mamans qui ne mettent pas leur ceinture à la sortie de la maternelle, les amoureux qui téléphonent aux feux rouges, les excès de vitesse à l’entrée des villes… ça ne suffit pas. Bientôt faudra verbaliser les poussettes qui traversent hors des clous et les piétons distraits sur les passages cloutés parce qu’ils ont leur portable collé à l’oreille… on n’y peut rien si on n’a pas de véritables affaires, rien qui vaille à... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2006

Insomnie

Énervée, Évelyne tourne dans son lit. Tourne, se retourne… Elle n’arrive pas à trouver le sommeil, elle n’est pas douée pour la littérature. Elle lit parfois des polars —Ganançay, La Toile— mais ça ne l’intéresse pas vraiment. Elle n’y croit pas. La plupart du temps ça l’emmerde… Elle n’aime pas le roman de plus en plus étrange dans lequel elle s’est fourrée. Un mauvais polar… Que Théo soit l’ado qu’elle cherchait et qui livrait les lettres ne fait guère de doute mais le reste ne colle pas. Elle a beau remuer en tous sens les... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 novembre 2006

Une situation romanesque

Tout ça avançait bien. Marc Hodges se sentait bien dans sa peau de Marc Hodges. La musique de ce crooner d’Elvis qu’il écoutait en boucle —et par dessus tout la vieille romance Heartbreak hotel— n’y était certainement pas pour rien, pourtant en d’autres moments elle n’aurait pas suffi… Son roman prenait forme: le cadavre dans la forêt serait celui d’une vieille femme dernier rejeton d’une grande famille aristocratique de la région —terres, châteaux, actions, etc… bref tout ce qu’il fallait pour attirer les convoitises. Pas d’héritiers... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2006

Conversation mondaine

Ce jour-là, Madame Cottard a quelques unes de ses amies les plus proches à dîner: Rachel Swann, mère de la jeune pianiste, Françoise Persigny et Germaine Argencourt.Marie-Gineste Cottard ne sait jamais d’une façon certaine de quel ton elle doit répondre à quelqu’un, si son interlocuteur veut rire ou est sérieux et, à tout hasard, elle ajoute à toutes ses expressions de physionomie l’offre d’un sourire conditionnel et provisoire dont la finesse expectante la disculperait du reproche de naïveté si le propos qu’on lui a tenu se... [Lire la suite]
Posté par hodges à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2006

Marc se fait son roman

Après réflexion, Marc Hodges décide que son roman sera «objectif». Il se refuse à prendre la position divine, celle de l’auteur qui voit tout, sait tout, enchaîne les événements dans une suite rationnelle; son roman sera décrit par un œil témoin externe, quelque chose comme une caméra de vidéosurveillance qui capte tout sans jamais rien interpréter Il reprend le début:«Lumière 11 heures 30: paysage de carte postale, calme absolu, sous-bois lumineux, taches colorées de soleil sur le sol, stries de soleil hachant les feuilles,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2006

Chute brutale dans le réel

…tous les dangers… Évelyne était persuadée que ce qui menaçait sa tranquillité ne pouvait venir que du monde, que de l’extérieur; elle ne soupçonnait pas que les germes de ses inquiétudes pouvaient se trouver à l’intérieur d’elle-même aussi ne recevant plus de messages depuis quelques jours se sentait-elle de plus en plus tranquille. Après tout, aucune des affaires concernées par ces lettres anonymes n’avait causé mort d’homme et les enquêtes à leur sujet avaient été vite arrêtées. Du moins il lui semblait qu’il en était ainsi; elle... [Lire la suite]
Posté par hodges à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 novembre 2006

La cinquième lettre

La réalité est souvent plus intéressante que la fiction, et chacun sait qu’il est bien rare que la vie respecte ses promesses: Évelyne commençait à se dire qu’elle pouvait oublier ces quelques jours de désagrément quand, rentrant chez elle après une matinée de service, elle vit la factrice —une grosse boulotte souriante dont on se demandait constamment comment elle pouvait tenir sur son vélo— venir vers elle: —Du courrier pour vous, Madame Puget et elle tendait une lettre en souriant comme si elle ignorait que la plupart de celles... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2006

En forêt

Il fait beau, incroyablement… Dans l’entrelacs intense des branches, le soleil gonfle ses bulles de lumière comme autant d’invites à la paresse. Marc se souvient de ces après-midi d’adolescence où, seul ou parfois accompagné, il venait se réfugier dans ces ventres que les forêts savent offrir à ceux qui les parcourent. Autant de matrices d’herbes et de feuillages où il faisait si bon de s’engloutir pour s’isoler du monde, accepter de croire qu’il n’y avait plus aucun danger, que tout, ici était possible. Lieux d’initiations sexuelles... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2006

Bordel

Odeur de fin de journée, remugles de sueur, odeur de sexe du stand du poissonnier, odeurs d’essence, klaxons, klaxons, vacarme, bruit de la chasse d’eau, odeur de chiotte, tout se mélange, bruits et odeurs. Mélange d’odeurs —fortes— et de bruits —fort. Tohu-bohu, voix, voix, klaxons, boucan, barouf, cacophonie, vociférations, insultes: la petite Sandy ouvre la porte du commissariat, regarde dehors, —C’est le bordel, y a encore un camion qui bloque la rue. Marre de ce putain de commissariat!… Comment on peut supporter ça?Albertine, la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2006

Rêves d'aventures

Albertine commence sa journée en lenteur, comme si, dans la nuit, elle s’était débarrassée de sa conscience de femme, et devait se glisser dans un vêtement étranger à son corps. Son mari-philosophe-dilettante s’active à la cuisine où il prépare le petit déjeuner avant d’amener Kevin à l’école et Karcher chez sa noire nounou. Ce quart d’heure qui lui est accordé entre le sommeil et l’éveil est une bénédiction du jour: elle est dans son lit comme dans un bain à bulles, isolée du monde et de sa triviale réalité. Moment de rêve. Albertine... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]