20 octobre 2006

La morte en son théâtre

Devant, sur son chemin de retour, repasser à proximité de la grotte d’Arnette, Marc, intrigué par sa découverte du mouchoir à la mésange noire, décida, pour être certain de ne rien regretter, de faire un dernier examen des lieux. Il s’attacha d’abord au sol, puis au rocher lui-même qui formait abri en examinant soigneusement toutes les anfractuosités puis il élargit sa recherche aux environs immédiat et enfin essaya d’avoir une vue d’ensemble s’installant pour cela sur le rocher lui-même. C’est alors qu’il aperçut, évident sur la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2006

Obsédée

Depuis qu’elle avait pris sa décision, Évelyne ne pensait plus qu’à ça: il lui fallait à tout prix retrouver son bel adolescent au profil florentin (ou vénitien… mais sur ce détail elle ne se battrait pas…). Cette concentration excessive sur un seul objet provoquait de sa part de la distraction, une distraction croissante; le visage de l’adolescent masquait tout le reste. Si on ne fixe qu’un point de la carte, les autres échappent. Évelyne avait l’esprit fixé sur la silhouette de l’adolescent, sur sa coupe de cheveux, sa grâce, sa... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2006

Plaintes de voisinage

Lundi matin. Ciel bleu-bleu, seuls quelques petites bouffées de nuages pour rendre ce bleu plus bleu, plus velouté: ciel de peinture renaissance sans colline toscane. Rien de pire se dit Albertine Mollet. Rien de pire que de devoir reprendre le boulot avec un temps pareil. Surtout que le week-end a été dégueulasse: pluie, pluie, pluie, repas dans la belle famille, otite de Karcher, Kevin insupportable, nuit à vomir, philosophe de mari au bord de la déprime… Si elle aimait un tant soit peu travailler, le travail serait une délivrance.... [Lire la suite]
23 octobre 2006

La littérature peut tout

Retour à la maison, une nuit de sommeil et de pensées enchevêtrées comme cordes nouées. Trop de réflexions et de bifurcations. Trop de coïncidences et de relations. Il ne pouvait penser à autre chose: trop de coïncidences. Marc échafaudait hypothèses sur hypothèses: la grotte d’Arnette et son cadavre, à droite celui d’une mésange noire, à gauche celui d’une mésange charbonnière. Deux points équidistants de la grotte traçant une droite. Toutes deux dans un papier de soie, la première avec le tétragramme Yi Jing 56, la seconde avec le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2006

Albertine enquête à la maison de retraite

Le passage à la maison de retraite «Eden 77» de By-Thomery, une ancienne maison de maître, qui avait dû être plutôt blanche et coquette, enchâssée dans la protection d’anciens murs de vigne, avait été plutôt rapide: Albertine Mollet n’avait pu que constater l’étendue des dégâts, s’inquiéter du sort des pensionnaires qui avaient été replacées dans d’autres institutions du même genre, parfois dans leur famille —en attendant… Sa rencontre avec la Directrice, qui habitait une petite maison, un peu plus loin dans le parc n’avait pas été... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2006

Écrire avec un tableur

Retour home. Marc a la tête pleine de projets, d’idées, de désirs d’écriture. La marche, certainement la marche. Et la forêt, le fouillis de la forêt, l’espèce d’excès dans la réalité dont la fixation devient insupportable. Tant de choses qu’il n’aurait même pas pu énumérer, de relations, de coïncidences… Maintenant il fallait donner de l’ordre à tout ça. Sa tête était un chaudron où cuisaient des choses disparates, des formes floues, des mouvements, des couleurs indistinctes, des images. Maintenant il fallait mettre de la logique... [Lire la suite]
Posté par hodges à 05:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2006

Chez Balpe

Après le corvée de l’Eden 77 —Albertine aurait plutôt pensé à une boîte de nuit qu’à une maison de retraite, mais bon… tout est possible de nos jours— la commissaire était remontée dans sa 307 Peugeot bleu-blanc-rouge, prudemment conduite sur la route ensoleillée de la forêt par le brigadier Jean-Baptiste Santeuil. Direction les maisons voisines de l’adjoint Balpe et du docteur Cottard. Une corvée. Une corvée de plus… Mais pour vivre il fallait bien faire un boulot et celui-là ou un autre! Albertine préfére être celle qui tient la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 octobre 2006

L'agent Bergotte et l'adolescent

Évelyne Puget avait facilement convaincu l’agent Bergotte de la laisser prendre la direction des opérations: il ne demandait que ça. Ils étaient d’abord allés dans la résidence modeste où elle habitait et, sous prétexte que dans ce quartier il n’était pas prudent de laisser une voiture de police sans protection, Albertine était allée, seule, enquêter chez la personne qui s’était plainte d’un cambriolage. En fait elle n’y était pas allée. Elle était allée chez elle où, le plus tranquillement du monde, elle avait constitué, sur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 octobre 2006

Chez le docteur Cottard

La visite chez Jean-Pierre Balpe n’avait pas duré longtemps, il les avait fait entrer dans le hall luxueux mais peu éclairé de sa maison décoré de toiles sombres et inquiétantes qui la mettaient mal à l’aise, mais il ne les avait pas invités à aller plus loin; il avait débité son chapelet de plaintes: les enfants du docteur Docteur Cottard, —un psychiatre qui ferait bien de s’occuper de sa progéniture— étaient bruyants, sans gêne, ils écoutaient de la musique à deux heures du matin toutes fenêtres ouvertes, réparaient leurs quads et... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 octobre 2006

Balpe et Cottard

Salon luxueux: Santeuil semble aussi à l’aise qu’un canard dans un poulailler. Albertine a refusé l’offre de Léna. Question de principe. Ils n’osent pas s’asseoir sur le cuir de fauteuils qui leur semblent autant d’objets d’art. Attente: Santeuil regarde le parc par la baie vitrée, Albertine fait du regard le tour de la pièce, s’étonne de grands tableaux très colorés, à la limite de l’abstraction… Elle n’en voudrait pas chez elle, les silhouettes de personnages noyées dans la couleur ne ressemblent à rien de précis: seules... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,