06 octobre 2006

Le médaillon de grand-mère

«On dirait le médaillon de grand-mère…» dit Emma, adolescente d’une quinzaine d’années coiffée à la punk avec une crête rouge vif et six anneaux multicolores perçant le lobe de son oreille gauche qui feuilletait négligemment un vieux quotidien qui traînait sur la table du salon de sa mère, «Il lui ressemble vachement» «Qu’est-ce que tu dis?» hurla sa mère, prénommée Zita, et qui, à la cuisine, les mains dans de la parte à tarte, la tête sous la hotte aspirante, n’entendait pas grand chose. Emma cria: «On dirait le médaillon de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 octobre 2006

Un adolescent en rollers

Attendant que son collègue revienne d’acheter leurs deux doner kebab, Évelyne, dans la voiture de service, vitre entrouverte, profitait du soleil —rare en cette saisons— qui lui chauffait agréablement le visage quand une lettre atterrit sur ses genoux. Surprise, elle eut tout juste le temps de voir fuir sur ses rollers la silhouette svelte de l’adolescent qui lui avait remis ses deux lettres précédentes. Elle n’eut même pas le temps de sortir de son véhicule qu’il était déjà entré dans le parc du château, inatteignable.Son premier... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 octobre 2006

Une évasion au cimetière

«Encore une merde», pensa la commissaire Albertine Mollet qui n’avait pas ses pensées dans sa poche lorsque l’inspecteur Loubet lui fit part de sa visite au cimetière de Recloses. Rien de bien important toutefois mais quand même, il allait falloir en tenir compte… L’agent Évelyne Puget et l’inspecteur Loubet avaient été appelés dans la matinée par la mairie de Recloses —petite ville coincée entre les bois et d’immenses champs de tournesols (ou de maïs suivant les saisons)—, une commune d’habitude bien tranquille malgré les deux ou... [Lire la suite]
10 octobre 2006

Comment écrire un roman

Marc Hodges avait décidé de faire de son nouveau roman —qu’il intitulerait «Le cadavre de la grotte d’Arnette»— ce que les journalistes ne manqueraient pas d’appeler «une grande fresque sociale» —c’est d’ailleurs ce qu’indiquerait le prière d’insérer envoyé par son futur éditeur à tous les journaux d’Europe— dans laquelle il décrirait la situation psychologique et matérielle de son époque montrant comment on était passé de quelque chose comme une pureté naïve combattante des années 60 à ce qu’il appellerait «l’intégration biologique... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 octobre 2006

Prise au piège

La troisième lettre commençait ainsi: «ce n’est pas si facile de tuer quelqu’un… pourtant je ne pense plus qu’à ça depuis que j’ai accompli mon premier meurtre et il me tarde de recommencer… Je vous avais averti: deux fois… je vous ai écrit pour vous inciter à jouer avec moi mais vous ne faites rien comme si vous vous moquiez de ce que j’accomplis. Je vous ai dit que je m’ennuyais, j’espérais que nous pourrions jouer ensemble et que vos recherches donneraient à ma vie un peu de stimulant. Mais non, vous restez inerte. Je vais donc... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 octobre 2006

Ouverture de tombe

Âgé d’une quarantaine d’années, le colonel de gendarmerie Morel était un homme courtois qui aurait pu être dans la cavalerie si la cavalerie avait encore un sens. L’épithète «chevaleresque» lui aurait en effet bien convenu car il avait non seulement du cavalier la prestance et l’assise mais aussi l’espèce d’approche supérieure des événements qui est l’apanage de ceux qui sont —non au-dessus— mais plus hauts que les autres: il ne vivait pas la guerre des polices comme une nécessité et n’avait d’autre ambition de carrière que celles de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 octobre 2006

Hodges cherche une piste

Bien décidé à écrire rapidement son roman —il était dans une phase difficile et, pour lui accorder une maigre avance, son éditeur demandait qu’il lui envoie les cinquantes premières pages du manuscrit— Marc Hodges avait commencé son enquête. Tout d’abord, comme à son habitude, il avait fréquenté les cafés. Le petit village de Recloses n’en ayant aucun, il s’était contenté de ceux de Fontainebleau susceptibles de diffuser les informations locales et donc, essentiellement des quatre installés autour de la place du marché. Ainsi, au café... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 octobre 2006

Le désarroi d'Évelyne

L’article, assez bref, parut dans le Parisien, en pages locales; il titrait: «Un mystère en partie résolu»; et sous-titrait: «la morte de la grotte d’Arnette identifiée». Le journaliste disait que, après une active enquête de la gendarmerie, la morte de la grotte d’Arnette avait été identifiée, il s’agissait de Madame Saniette Gallardon de Recloses mais que l’enquête n’était pas terminée: «Madame veuve Gallardon, décédée le 16 avril 2005 avait en effet été enterrée deux jours plus tard dans le cimetière de Recloses. Le corps a donc... [Lire la suite]
Posté par hodges à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2006

Perplexité

Évelyne mène son enquête.Depuis que sa décision était prise, Évelyne se sentait soulagée. Elle n’avait, bien sûr, jamais mené d’enquête seule mais elle avait participé à quelques unes: recherche d’automobilistes en délit de fuite, recherche de jeunes ayant accompli de petits larcins dans divers commerces de la ville, surveillance de petits dealers, participation à des enquêtes dans l’intérêt des familles, recherche d’identités de clochards en coma éthylique… Elle avait quelques idées sur la façon de procéder.Évelyne n’était pas d’une... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2006

Le ventre de la forêt

Marc Hodges entre dans la forêtMarc avança dans le sentier sous les arbres, il vit ce qu’il y a à voir, qu’il avait pris l’habitude de ne plus voir parce qu’il l’avait si souvent vu: des arbres aux troncs sombres, des fougères, des herbes rases, des hêtres, des chênes, un sentier plus ou moins large, du sable, des rochers de différentes tailles… l’air toujours humide… le tout dans une lumière brumeuse atténuant encore les couleurs déjà grises du paysage. Il n’y avait pas un bruit, même pas le chant d’un oiseau quelconque, même pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 05:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]