16 octobre 2009

Le passager du vol AF 1784

Sans incidents. Son vol s’est déroulé sans incidents. Il n’aime pas prendre l’avion, a toujours une certaine appréhension, craint qu’il ne se passe quelque chose, ne sait quoi, mais quelque chose. Pourtant il ne se passe jamais rien. Une fois seulement l’affolement d’un passager britannique qui, entendant les frincements des verrins des volets, a fait une crise d’hystérie interdisant le décollage, obligeant le commandant à revenir à l’aéroport pour le faire débarquer alors que l’appareil était déjà en route sur la piste ... [Lire la suite]

19 octobre 2009

Inventaire du passager du vol AF 1784

Le soi-disant Gilbert de Clérences s’installe dans la chambre 33 (où l’on apprend ainsi incidemment qu’il est superstitieux et réserve toujours des chambres dont le numéro est symbolique, 33 est ainsi le nombre qu’il préfère car résultat de la multiplication de 3 et de 11, l’argent et la mort ; mais il peut aussi accepter tout aussi bien une combinaison de 8 et de 9, mais jamais une chambre dont le numéro se termine par 0). Elle donne sur la rue de Turbigo ce qui, en soi, n’a pas grande importance même si, comme le lecteur a pu... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 septembre 2010

Le passager du vol AF 1784 va en ville

Le faux Gilbert de Clérences a passé une partie de la journée à attendre : lecture (il s’est fait monter des journaux, a sorti un roman d’une de ses poches — Les fils du Nil), télévision, yoga, relaxation… Il a l’habitude d’attendre, ça fait partie du métier. Il est maître de ses nerfs, reste toujours équanime, serein. Ça fait aussi partie du métier. Dans son métier alternent sans cesse des moments de tension extrême et des périodes de calme plat. Il doit en profiter pour se ressourcer, faire le plein d’énergie. Les heures... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 septembre 2011

Gilbert de Clérences fait du nettoyage

Il a monté les étages le plus discrètement possible, est arrivé devant la porte de l’appartement où Jake Cline discute avec sa famille chinoise, a vérifié sur une feuille de papier qu’il ne s’est pas trompé : c’est bien le bon étage, la bonne porte même si elle ne porte aucun nom. Il est silencieux, respire à peine, écoute. À l’intérieur, des voix : hommes, femmes… Il écoute attentivement, colle son oreille droite à la porte : pas de doute, deux hommes, deux femmes. Il ne s’attendait pas à ce qu’il y ait tant de monde.... [Lire la suite]