19 septembre 2006

Ouvrir ou ne pas ouvrir une lettre anonyme

Le dilemme d’Evelyne était redoutable. Mais Évelyne ne manquait pas d’astuces: elle examina attentivement l’enveloppe, remarqua que mise à part la publicité pour l’hôtel Cyprus elle ne portait pas de signe distinctif identifiable —date, nom, marque quelconque… Elle devait bien sûr porter des empreintes digitales: celles de l’adolescent car, impressionnée par sa beauté elle gardait une image très nette de sa présence et se souvenait qu’il n’avait pas de gants; les siennes puisqu’elle l’avait maniée sans beaucoup de précautions;... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 septembre 2006

Comment se désintéresser d'une affaire

C’est Évelyne qui reçoit l’appel d’Antoine Lahorte lui apprenant que son groupe venait de découvrir un cadavre dans la grotte d’Arnette. Ayant toujours dans la poche la lettre qui lui annonçait ce fait, cette nouvelle ne la surprend pas… «Qu’est-ce qu’on doit faire demande l’homme au bout du fil?» Le réflexe professionnel dicte à Évelyne sa conduite: «Ne bougez pas, on arrive.» Elle raccroche, se lève de son siège, va vers la porte du bureau de la commissaire, frappe… «Qu’y a-t-il?» demande la voix d’Albertine Mollet. «Un cadavre» dit... [Lire la suite]
07 octobre 2006

Un adolescent en rollers

Attendant que son collègue revienne d’acheter leurs deux doner kebab, Évelyne, dans la voiture de service, vitre entrouverte, profitait du soleil —rare en cette saisons— qui lui chauffait agréablement le visage quand une lettre atterrit sur ses genoux. Surprise, elle eut tout juste le temps de voir fuir sur ses rollers la silhouette svelte de l’adolescent qui lui avait remis ses deux lettres précédentes. Elle n’eut même pas le temps de sortir de son véhicule qu’il était déjà entré dans le parc du château, inatteignable.Son premier... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 octobre 2006

Prise au piège

La troisième lettre commençait ainsi: «ce n’est pas si facile de tuer quelqu’un… pourtant je ne pense plus qu’à ça depuis que j’ai accompli mon premier meurtre et il me tarde de recommencer… Je vous avais averti: deux fois… je vous ai écrit pour vous inciter à jouer avec moi mais vous ne faites rien comme si vous vous moquiez de ce que j’accomplis. Je vous ai dit que je m’ennuyais, j’espérais que nous pourrions jouer ensemble et que vos recherches donneraient à ma vie un peu de stimulant. Mais non, vous restez inerte. Je vais donc... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2006

Perplexité

Évelyne mène son enquête.Depuis que sa décision était prise, Évelyne se sentait soulagée. Elle n’avait, bien sûr, jamais mené d’enquête seule mais elle avait participé à quelques unes: recherche d’automobilistes en délit de fuite, recherche de jeunes ayant accompli de petits larcins dans divers commerces de la ville, surveillance de petits dealers, participation à des enquêtes dans l’intérêt des familles, recherche d’identités de clochards en coma éthylique… Elle avait quelques idées sur la façon de procéder.Évelyne n’était pas d’une... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 octobre 2006

Obsédée

Depuis qu’elle avait pris sa décision, Évelyne ne pensait plus qu’à ça: il lui fallait à tout prix retrouver son bel adolescent au profil florentin (ou vénitien… mais sur ce détail elle ne se battrait pas…). Cette concentration excessive sur un seul objet provoquait de sa part de la distraction, une distraction croissante; le visage de l’adolescent masquait tout le reste. Si on ne fixe qu’un point de la carte, les autres échappent. Évelyne avait l’esprit fixé sur la silhouette de l’adolescent, sur sa coupe de cheveux, sa grâce, sa... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2006

L'agent Bergotte et l'adolescent

Évelyne Puget avait facilement convaincu l’agent Bergotte de la laisser prendre la direction des opérations: il ne demandait que ça. Ils étaient d’abord allés dans la résidence modeste où elle habitait et, sous prétexte que dans ce quartier il n’était pas prudent de laisser une voiture de police sans protection, Albertine était allée, seule, enquêter chez la personne qui s’était plainte d’un cambriolage. En fait elle n’y était pas allée. Elle était allée chez elle où, le plus tranquillement du monde, elle avait constitué, sur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2006

Un cercle vicieux

Quand elle arriva au commissariat ce matin-là, Évelyne Puget n’avait plus qu’un jour pour trouver son bel adolescent… or il pleuvait à verse: ce n’était pas un bon présage d’autant qu’Albertine Mollet, la commissaire, qui venait elle aussi d’arriver, l’accueillit d’un —Où en êtes vous dans votre farfouillage? Peu réjouissant. Évelyne n’avait pu qu’esquiver: —Ça avance, je suis sur une piste. —Dépêchez-vous de régler ça, il y a quand même des choses plus importantes… Bloch va venir avec vous… Bloch, c’était pas un cadeau: un jeune con... [Lire la suite]
Posté par hodges à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 novembre 2006

Un sandwich arrosé de flotte

Rien dans la matinée, bredouilles: Évelyne Puget et Maurice Bloch n’ont pas le moindre début de piste. Évelyne ne sait plus si elle doit s’en inquiéter ou s’en réjouir, elle s’est emprisonnée dans un tel nœud de mensonges qu’elle ne sait plus que faire. Au fond, vaudrait mieux qu’elle avoue avoir échoué dans son enquête que devoir avouer tout ce qu’elle a dissimulé jusque là. Elle aurait l’air conne, se ferait engueuler, mais ça ne serait pas très grave… Déjà ce con de Bloch se réjouit: «travail stupide… nous faisons un travail... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 novembre 2006

Une vie de chien

Évelyne…Confusion totale: ne sait plus que dire, penser, faire. Elle n’a pas avancé. Elle doit le reconnaître. Son idée de faux cambriolage et de faux cambrioleur la mène dans le mur. Quoi qu’elle fasse elle est dans une impasse. Elle est débarrassée de Bloch, c’est toujours ça, mais la satisfaction est maigre. Elle s’est fait assassiner par la commissaire: — Rien… vous n’avez rien trouvé? Deux jours perdus pour rien? C’est bien la dernière fois que je vous fais confiance… Bloch ricane dans son dos: —c’est pas comme ça qu’il fallait... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,