Le colonel a beaucoup travaillé sur le corpus de photographies pornographiques de la clef USB rouge. Il les a attentivement examinées plusieurs fois. Il sait qu’elles ne l’ont pas toujours laissé indifférent, que parfois même elle lui ont provoqué certaines excitations, mais ce n’était pas le problème et seule sa femme aurait pu se douter de quelque chose tant, certains soirs, il a fait preuve d’ardeur. Mais le colonel Morel est un homme d’ordre et de devoir. Même s’il lui en coûte, il sait s’obliger à faire la part entre le devoir, le plaisir, sa fonction et sa vie privée. Il pense être arrivé à une conclusion plausible. Il rédige son rapport au Procureur:

« Suite à un examen attentif des 5294 photos pornographiques contenues dans une clef USB bleu marine de marque Dane-Elec, d’une contenance de 2 GB, parvenue de façon anonyme au commissariat de Fontainebleau, le … à … heures, il semble possible de tirer les conclusions suivantes : la plupart des photographies sont celles de jeunes adultes déjà mises en ligne sur divers sites pornographiques. Seules 53 d’entre elles concernent de jeunes individus inconnus de nos services et dont il n’est pas permis de déterminer l’âge avec précision, ni donc d’affirmer qu’il s’agit d’adultes ou de mineurs ce qui, dans cette deuxième hypothèse, devrait déclencher une enquête de la part de la brigade des mineurs donnant lieu à d’éventuelles poursuites. Ce point est donc déterminant.

Plusieurs faits sont cependant à prendre en considération:

— cette clef est parvenue au commissariat de Fontainebleau dans un contexte chargé en événements criminels : lettres anonymes de menaces diverses, attentats, déplacement de cadavres, trois meurtres. Circonstances tout à fait inhabituelles en ce lieu, dans une période d’une quinzaine de jours. Une hypothèse pourrait être que cette clef USB est en liaison avec les autres événements et pourrait contenir d’éventuels indices d’autant qu’un examen attentif des photographies pourrait laisser penser que certaines d’entre elles ont été prises en forêt de Fontainebleau.

— sur les cinquante trois photos de jeunes hommes, 47 présentent, sur l’aîne gauche des tatouages constitués d’hexagrammes chinois du Yi Jing, chacun d’entre eux comportant le caractère zhèn qui signifie « le tonnerre », soit une série de seize hexagrammes différents, certains étant donc repris sur trois individus différents, d’autre sur deux (voir le tableau des hexagrammes joints en annexe). Il semble possible d’en conclure que ces individus font partie d’un groupe organisé, peut-être même d’une bande. Notons également qu’une lettre de menace anonyme concernant un jeune Bellfontain, Théo Cottard, et portant l’hexagramme 63 a fait l’objet d’une plainte au commissariat de Fontainebleau le … à …

— Si le présence d’individus à caractère asiatique est évidente dans l’ensemble des 5294 photos de la clef USB, seuls trois individus du groupe des 47 tatoués d’hexagrammes semblent être d’origine asiatique.

Cet ensemble de faits et de coïncidences laisse à penser qu’il faut approfondir l’enquête dans cette direction."