Albertine Schwilk est dans la panade : elle ne comprend plus rien à tous ces enchaînements d’événements qui semblent partir dans tous les sens. La seule ligne qui lui semble cohérente est celle qu’elle appelle « la piste chinoise » et qui peut se résumer ainsi : à l’origine, dans la grotte d’Arnette, un cadavre de vieille femme qui s’avère être celui d’une vieille chinoise disparue du treizième arrondissement de Paris, deux autres cadavres chinois dans le Grand Canal du château de Fontainebleau, ensuite des hexagrammes tirés du Yi Jing, l’hexagramme 63, plus précisément au sujet duquel le spécialiste (un certain Jérôme Soulat- qu’elle a interrogé lui a envoyé le rapport suivant :

« Il faut considérer tous les hexagrammes comme des situations. Leur degré d'instabilité est donné par le nombre de lignes "non en place", c'est à dire de lignes yin en position impaire ou yang en position paire. L'instabilité n'est pas forcément mauvaise et doit être étudiée au cas par cas.
C'est bien souvent là que les mutations vont éclairer l'interprétation. Les mutations indiquent par où s'effectue le changement.
Il est clair qu'à partir d'une situation donnée, un changement peut être bénéfique ou maléfique. Certains changement renforcent, d'autres érodent, d'autres enfin font s'effondrer l'édifice.
Par exemple, dans l'hexagramme 50 (Le Chaudron), il est certain qu'une mutation en ligne 6 est favorable, car elle mettra "en place" la ligne supérieure liée au sage, au fou, à la spiritualité. Mais attention ! Toute mutation vers une position "en place" n'est pas nécessairement positive. Dans le même hexagramme, la mutation de la ligne 4 n'est pas favorable. Pourquoi ? Parce que l'instabilité générale de l'hexagramme est créative (yang pur interne bas) et la mutation de 4 ferait apparaître une force d'inertie dangereuse (montagne supérieure) qui empêcherai le bouillonnement d'être réellement productif.
Un exemple concret : madame x souhaite exposer ses peintures dans la galerie y et consulte l'oracle. Elle obtient l'hexagramme 50 avec une mutation en 4/
Cela signifie que la galerie refusera probablement l'exposition, où si elle accepte, qu'elle imposera une ligne de présentation inadéquate. Rien n'est alors perdu. Il faut travailler dans ce cas le concept et l'argumentaire pour convaincre "par le haut", en donnant des arguments forts et frappants.
Que faire quand plusieurs lignes mutent ?
Quand on étudie un tirage avec plusieurs mutations, il faut être assez prudent dans l'analyse :
On peut considérer en effet que les textes des lignes nous disent : "Voici ce qui se passerait si l'hexagramme ne mutait QUE par cette ligne." Si plus de deux lignes mutent, plusieurs trigrammes seront affectés, modifiant en profondeur l'hexagramme principal.
Prenons un exemple: l'hexagramme 63 ("après l'accomplissement") est parfaitement structuré. Toutes les lignes yang sont en position impaire tandis que les yins sont en position paire.La mutation d'une ligne unique quelconque marque donc la fin de cette harmonie. Cependant, une situation équilibrée est assez stérile. Elle manque de force vitale (en thermodynamique, on parlerait de différentiel de potentiel). Si plusieurs lignes de notre hexagramme 63 mutent, peut-être vont-elles créer la tension nécessaire à des réalisations. Si les lignes 2 et 5 mutent simultanément (les traits forts des deux trigrammes), alors nous obtenons "la paix" (hexagramme 11). Si les lignes 3 et 6 mutent, nous obtenons "Augmentation" (hexagramme 42), particulièrement favorable à de grands projets, ce qui était impensable dans la situation initiale.
Que faire si aucune ligne ne mute ?
En théorie, si aucune ligne ne mute, on ne lira que le commentaire et le jugement. Toutefois, la lecture de toutes les lignes permet de voir comment "pourrait" changer la situation. Mais je ne le conseille qu'aux personnes expérimentées car on sort de l'aspect "diagnostic" du Yiking pour pénétrer dans le monde de la magie syncrétique. Si aucune ligne ne mute, il faut s'imprégner de la situation décrite et s'attacher à voir ses équilibres au delà de la simple idée de ligne "en place" ou "non en place ». »

Ce texte, long, abscons, n’est pas fait pour diminuer sa perplexité…