Pour Marc Hodges — qui ne sait pas encore que la réalité dépasse sa fiction et ne connaît rien de la lettre anonyme reçue par le Docteur Cottard — il s’agit d’un problème de nature littéraire : maintenant qu’il a décidé d’utiliser cet hexagramme comme élément de sa fiction et de le centrer sur la Grotte d’Arnette où ont été retrouvés à la fois le cadavre réel et celui fictionnel des deux vieilles dames, il s’agit de décider ce qu’il va en faire. D’une part, il lui faut amener Albertine Schwilk (ou quelqu’un du commissariat ou de la gendarmerie) à le découvrir, donc imaginer comment ce « quelqu’un » pourrait être amené à se retrouver à la grotte d’Arnette et comment il pourrait avoir l’idée de repérer cette forme dans le fouillis de la forêt. Si lui, Marc Hodges, avait eu cette idée, d’autres pouvaient l’avoir et puis, en tant qu’auteur, il pouvait jouer avec les situations… D’autre part, l’hexagramme renvoyait à la Chine. Il lui fallait donc des chinois. Il lui fallait mettre en relation le cadavre de la vielle femme avec des chinois… Tout cela devait tenir debout, il n’arrêtait pas d’y penser…

Dans la réalité, pour Albertine Mollet, c’était un peu différent car elle ne connaissait rien aux hexagramme. Bien sûr, elle se renseigna sur Internet, sur Wikipédia et d'autres sites mais elle ne parvenait pas à établir une relation quelconque entre le jeune Théo et cette figure du Yi Jing pas plus qu’elle ne pouvait comprendre (Évelyne Puget ne lui ayant encore rien dit) pourquoi ce fils de bonne famille était menacé. Il lui manquait un mobile sérieux et elle ne voyait pas, Balpe, le voisin notaire, construire un tel chantage.

Le Docteur Cottard — qui avait aussi consulté Internet — se posait aussi des questions : il ne soupçonnait absolument personne, se trouvait face à un mur derrière lequel son fils était en danger. Lui qui était persuadé de pouvoir dominer toutes les situations était totalement désemparé eu point qu’il n’avait pas encore osé parler à sa femme de la lettre anonyme déposée à sa consultation de l’hôpital.

Quant à Évelyne Puget, la seule qui aurait pu émettre quelques hypothèses intelligentes à ce sujet, elle ignorait tout de la lettre anonyme et de la raison de la venue furieuse du Docteur Cottard. Elle ne s’inquiétait que pour avoir dépucelé le jeune homme pensant que le père en avait eu connaissance et que c’était à ce sujet qu’il était venu porter plainte.

Pour l’instant, aucun des autres protagonistes — Théo mis à part bien entendu (mais à cette étape du récit nous n’avons pas accès à lui) — de cette affaire n’étaient concernés.