04 décembre 2006

Marc Hodges imagine Albertine Mollet

La lumière coule dans les verres — terrasse de bistro —soleil — tout le monde (hommes, femmes, jeunes plus ou moins) s’en fout — grattent, grattent des carrés de carton où ils espèrent découvrir leur futur —Marc Hodges est ailleurs —ne voit pas vraiment non plus la lumière —c’est pas son affaire —est dans sa tête avec l’inconnu qui a découvert le corps: crainte-attirance dans son regard puis Albertine qui se ramène — Oui, une autre Stella… Merci… découvre quelque chose perdu dans le sable (sur le sable) —demi-obscurité de la grotte... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]