Albertine Mollet aussi a une famille: deux frères, un de vingt trois ans, l’autre de dix-huit, une sœur de vingt-cinq, un père et une mère. A tous points de vue, c’était une femme socialement intégrée, appartenant à la petite bourgeoisie de province pour qui la loi, l’ordre et la famille étaient des principes intangibles. Du coup, ce n’était pas une femme très drôle. A elle seule elle incarnait la loi, le sens de l’ordre et le devoir de justice. On ne plaisante pas avec ces choses-là.

Le jour où l’adolescent avait déposé une enveloppe auprès de la petite boulotte qui tenait la permanence à l’accueil du commissariat, Albertine Mollet avait été appelée en mission dans une commune voisine de Fontainebleau qui relevait de sa compétence: Moret-sur-Loing. Petite bourgade tranquille autrefois ville forte, belle endormie sur ses vieux restes, essentiellement peuplée de cadres moyens cherchant, à proximité de Paris, la tranquillité de la campagne. Trois gamins, auxquels elle se promettait de demander plus tard ce qu’ils pouvaient bien avoir affaire en un tel lieu, avaient découvert un cadavre dans une vieille maison abandonnée située sous le viaduc de chemin de fer qui traversait le Loing en bordure de la ville. La mort devait remonter à trois ou quatre jours (les experts le confirmeraient ou non…); le mort —c’était un homme— devait avoir dans les quarante ou cinquante ans et semblait connu par la police municipale comme Nestor, un SDF tranquille qui avait choisi ce lieu pour y passer l’hiver à l’abri du froid et de la pluie. Il ne semblait pas y avoir eu de violence, vraisemblablement l’homme était mort dans son sommeil asphyxié par le chauffage de fortune qu’il avait bricolé avec une bonbonne de gaz et une vieille cuisinière récupérée dans quelque déchetterie locale. La pièce où il avait été trouvé, une des rares à peu près étanche de l’ancienne villa avait été calfeutrée avec des matériaux de fortune de façon à ne pas laisser entrer le froid.

Petite affaire donc mais Albertine Mollet n’en avait pas beaucoup d’autres à se mettre sous la dent et puis, de toutes façons, un cadavre c’est un cadavre. Elle avait donc pris l’enquête très au sérieux même si elle n’avait découvert rien de vraiment suspect. Restaient les gosses. Elle se promit de les inquiéter un peu.